Assistant/e à la Protection/base communautaire

This opening expired 4 months ago.

UNHCR - UN High Commissioner for Refugees

Open positions at UNHCR
Logo of UNHCR

Application deadline 4 months ago: Tuesday 3 May 2022 at 00:00 UTC

Open application form

Contract

This is a UNV National Specialist contract. This kind of contract is known as National UN Volunteer. It is normally only for nationals. More about UNV National Specialist contracts.

Dans le contexte opérationnel couvert par la Sous délégation du UNHCR à Muyinga, l’unité de protection/base communautaire travaille au quotidien avec les réfugiés dans les camps du nord. L’unité couvre les secteurs du bien-être social et prise en charge des personnes ayant des besoins spécifiques, la protection des réfugiés contre les violences sexuelles et sexistes, la protection des enfants, la mobilisation communautaire des réfugiés sur divers problématiques et thématiques, la santé/ nutrition, l’éducation et l’autonomisation des réfugiés en les appuyant par des activités génératrices de revenus et les groupements associatives. Pour couvrir tous ces secteurs, l’unité de protection/base communautaire travaille avec les partenaires dont IRC (International Rescue Committee) Save the Children pour les secteurs de bien-être social et prise en charge des personnes ayant des besoins spécifiques, la protection des enfants, Help Child pour la protection des réfugiés contre les violences sexuelles et Sexistes, l’accompagnement juridique pour les victimes de violations de droits humains et la mobilisation communautaire. Pour les secteurs de la santé et nutrition, le partenaire en charge est JVC tandis que les secteurs d’éducation mis est en œuvre par JRS et l’autonomisation mis en œuvre par le partenaire RET Pour tous ces secteurs, l’unité de protection/base communautaire assure un rôle de coordination, d’appui et de supervision par un monitoring régulier des activités afin que les termes d’entente avec les partenaires à charge soient respectés et que les services de protection via ces secteurs soient au mieux fournis aux bénéficiaires.

Dans les différents domaines d’activités mentionnées, l’unité de protection/base communautaire assure aussi, en coordination avec les partenaires concernés, la prévention, les sensibilisations, et la gestion des problèmes de protection.

Par ailleurs, les staffs de l’unité de protection/base communautaire assurent les entretiens avec les bénéficiaires aux camps et à domicile particulièrement pour ceux ayant des besoins spécifiques de protection et de prise en charge. Également, les cas complexes reçus par les différents partenaires sont adressés à l’unité de la protection/base communautaire pour une évaluation de meilleure prise en charge dans la mesure des possibilités. L’unité de protection/base communautaire a également dans ses attributions la mobilisation communautaire des réfugiés pour tout ce qui concerne la participation communautaire, les sensibilisations/conscientisation thématiques, les évaluations participatives ainsi que les célébrations des journées évènementielles.

Dans le cadre d’un programme pluriannuel de réinstallation en cours, l’unité de protection/base communautaire est beaucoup sollicitée pour des entretiens, suivi et évaluations de risques de protection pour des membres de familles dont les uns sont éligibles à la réinstallation et d’autres pas. Également, les cas individuels de protection sont ciblés et référés par la protection/service communautaire pour que la réinstallation soit envisagée pour eux comme solution durable et outils de protection.

Sous la supervision directe de l’Adm/Assist Protection/base communautaire, l’Assistant (e) sera chargé(e) des fonctions suivantes :

• Identification et suivi des conditions générales des réfugiés ayant des besoins spécifiques. Assurer qu’ils soient référés aux services compétents pour être assistés dans la mesure des ressources/moyens disponible. Une attention particulière sera apportée aux personnes dont les besoins sont les plus aigües. • Assurer de façon hebdomadaire les écoutes individuelles, les visite à domicile et mise à jour des données dans proGres. • Contribuer à la gestion des cas individuels survivants de différentes formes de violences. Assurer le suivi des survivants pour assurer l’accès aux services disponibles. Classer systématiquement les dossiers SGBV (fournis par le partenaire), les notes aux dossiers et les autres correspondances y relatives dans les dossiers physiques des réfugiés dans la salle d’archivage après la mise à jour dans proGres. • Contribuer à appuyer les partenaires dans les activités de sensibilisations et accompagnement des réfugiés dans les secteurs de lutte contre les SGBV (changement de comportement, réduction des risques), participation communautaire et prise en charge communautaires des personnes à risques. • Contribuer aux demandes de l’unité de la réinstallation pour les besoins des contributions des services communautaires : mise à jour des besoins spécifiques/ évènements et autres suivi nécessaires en rapport avec les dossiers de réinstallation. • Participation et appui aux partenaires dans l’identification des bénéficiaires des projets d’autonomisation et appuyer le partenaire dans l’accompagnement des bénéficiaires. • Contribuer à la production régulière des rapports sur les activités des services communautaires, et notes au dossier relatives à la gestion des cas. • Assister dans le suivi des activités en matière éducative dans les camps. • Contribuer au suivi des activités du partenaire dans le secteur de la santé afin de veiller à ce que les standards établis en la matière soient respectés. Sensibiliser les bénéficiaires sur les services disponibles. • Entreprendre toute autre tâche nécessaire selon les besoins de la Sous-Délégation.

En plus de ce qui précède, les Volontaires des Nations Unies sont censés : • Renforcer leurs connaissances et compréhension du concept du volontariat en lisant la documentation mise à disposition par le programme VNU, les publications externes et prendre activement part aux activités du programme VNU, par exemple s’impliquer dans les activités commémoratives de la Journée internationale des Volontaires (JIV), le 5 décembre. • Se familiariser et développer toute forme de volontariat traditionnel et/ou local au niveau du pays d’accueil. • Refléter le type et la nature des actions volontaires qu’ils entreprennent, y compris leur participation dans les réflexions substantielles. • Contribuer à la rédaction des articles sur les expériences de terrain à soumettre pour la publication du programme VNU/ site web, bulletin et notes de presse, etc.

• Contribuer au Programme d’accueil des Volontaires des Nations Unies nouvellement arrivés dans le pays; • Promouvoir ou conseiller les groupes locaux dans l’utilisation des volontaires en ligne ou encourager les individus et les organisations à utiliser les services de volontaires en ligne quand cela est techniquement possible.

• Intégrité et professionnalisme, • Responsabilité, • Engagement à l'apprentissage continu,

• Planification et organisation, • Travail d'équipe et respect de la diversité, • Communication, • Flexibilité, adaptabilité, capacité et volonté de travailler dans les environnements difficiles, • Adhésion manifeste aux principes d’engagement volontaire.

travail social, disposer d'un diplôme de baccalauréat ou licence en sciences sociales constitue un atout

Muyinga est classé au niveau de sécurité III. La prudence est donc de mise en tout temps à l'intérieur du pays comme dans la capitale. Il y a un couvre-feu pour tous les membres du personnel de l'ONU de 24h00 à 05h00. Muyinga est un lieu d'affectation sans famille ; tout le personnel de l'ONU doit porter des radios VHF lors de ses déplacements ; et il est obligatoire d'assister au briefing de sécurité à l'arrivée dans le pays. Aucun déplacement interrégional/interurbain n'est autorisé entre 17h00 et 08h00. Des escortes armées sont également nécessaires pour les missions à proximité de la forêt de Kibira, des zones forestières de Ruvubu et des montagnes de Kirundo. Tous les nouveaux membres du personnel des Nations Unies qui arrivent doivent assister à une séance d'information obligatoire sur la sécurité. Il est conseillé aux membres du personnel de garder leurs radios avec eux à tout moment pour recevoir les mises à jour de sécurité. Le Burundi sort d'un long conflit et les indicateurs sociaux montrent que 70% de la population burundaise vit en dessous du seuil de pauvreté. Le service de sécurité de l'ONU a certaines normes de sécurité que tous les logements doivent respecter et les volontaires de l'ONU reçoivent une allocation pour s'assurer que ces normes peuvent être respectées. Sur le plan de la santé, il est conseillé de boire de l'eau en bouteille ou bouillie ; faire attention aux aliments que l'on mange; et de toujours prendre les précautions nécessaires contre le paludisme qui est une menace dans le pays. La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire. Bien que Muyinga soit la quatrième plus grande ville du Burundi et qu'elle se trouve à seulement 4 à 5 heures de route des capitales Kigali et Bujumbura, les commodités de base peuvent être difficiles à obtenir, les installations sont basiques (comme des pénuries d'eau périodiques dans certaines parties du lieu d'affectation ), et les divertissements sont limités.

Added 5 months ago - Updated 4 months ago - Source: unv.org